Robert Schuman, « un homme de paix », par Jean-Marie Pelt