À PROPOS DE

Jean-Marie PELT

Jean-Marie Pelt est né en Moselle (France) le 24 octobre 1933 et décédé le 23 décembre 2015 à Metz (82 ans)

  • Portrait



    • Pharmacien agrégé et Botaniste

    A effectué de multiples missions scientifiques (Afghanistan, Togo, Bénin (anciennement Dahomey), Côte d’Ivoire, Maroc)

    • Professeur de Botanique, Biologie végétale, Cryptogamie et Pharmacognosie

    • Professeur Emérite de l’Université de Metz,
    Ecrivain et Écologiste

    • Homme politique (écologie urbaine, ancien adjoint au Maire de Metz, Grenelle de l’Environnement)

    • Fondateur de l’Institut Européen d’Ecologie à Metz.

  • Études

    Juin 1951 : Baccalauréat de Philosophie Mention Bien – Lycée de Thionville
    Juillet 1952 : Examen de validation de stage Mention Bien – Faculté de Pharmacie de Strasbourg
    Juillet 1956 : Diplôme de Pharmacien Mention Très Bien – Faculté de Pharmacie de Nancy
    Octobre 1959 : Doctorat en Pharmacie Mention Très Bien et Félicitations du Jury – Faculté de Nancy
    1961 : Agrégation en Pharmacie – Faculté de Pharmacie de Nancy
    Licence de sciences naturelles – Faculté des Sciences de Nancy
    Octobre 1955 : Certificat de Chimie générale Mention Assez Bien
    Octobre 1956 : Certificat de Botanique générale Mention Assez Bien
    Octobre 1958 : Diplôme d’Administration des Entreprises Mention Très Bien – Faculté de Droit et Sciences Economiques de Nancy
    Juin 1959
    : Certificat de Chimie biologique Mention Passable

  • Fonctions Universitaires

    Faculté de Pharmacie – Université de Nancy I :
    1956 – 1957 : Délégué Assistant aux travaux pratiques de Chimie analytique qualitative
    1957 – 1959 : Délégué Chef de travaux pratiques de Chimie analytique quantitative
    1962 – 1964 : Maître de Conférences de matière médicale
    Janvier 1965 : Professeur sans chaire
    Janvier 1968 : Professeur titulaire de Botanique et de Cryptogamie
    Université de Metz :
    1er octobre 1972 – décembre 1993 : Professeur de Biologie Végétale et de Pharmacognosie
    Depuis février 1994 : Professeur Emérite de l’Université de Metz

  • Fonctions Administratives

    1968 – 1972 :
    Vice-Président de l’Université de Nancy

    1975 – 1978 :
    Directeur de l’U.E.R. d’Ecologie de l’Université de Metz

  • Service Militaire

    14 janvier 1960 : Appelé sous les drapeaux au C.I.I.S.S. n° 6 (Bar-le-Duc, Meuse)

    25 mars 1960 : Concours de fin de peloton des E.O.R. Pharmaciens à Bordeaux (Classement 1/68)

    1er juin 1961 : Nommé au grade de Pharmacien Sous-Lieutenant

    1er juillet 1961 : Nommé au grade de Pharmacien Lieutenant

    avril 1962 : Libéré du service militaire

    1er octobre 1967 : Pharmacien chimiste 1ère Classe de réserve

    1er octobre 1973 : Pharmacien chimiste Capitaine de réserve

    1er décembre 1978 : Rayé des Cadres et admis à l’Honorariat du grade

  • Enseignement

    1962 – 1972 : Matière médicale, Botanique, Biologie Végétale – Faculté Pharmacie Université Nancy I

    1972 – 1993 : Université de Metz :

    • Diplôme d’Ecologie Générale et Sciences de l’Environnement

    • DEA d’Ecotoxicologie

    • DESS Impacts écologiques des aménagements urbains et industriels

    • Botanique et Physiologie végétale du DEUG de Biologie de la Faculté des Sciences

    1973 – 1992 : 3ème cycle Crise écologique et civilisation européenne – Collège d’Europe de Bruges

  • Missions à l’étranger

    1er août – 1er novembre 1964 : Expert de la Coopération Technique Internationale en Afghanistan dans le domaine de l’Ecologie végétale et de la Pharmacognosie – Faculté de Pharmacie de Kaboul

    Été 1967 : Mission géologique et études annexes en Afghanistan pour le C.N.R.S. dans le prolongement de la mission précédente

    Été 1967 : Etude des Pharmacopées traditionnelles pour l’ORSTOM à Lomé au Togo

    Mission au Maroc pour le Ministère des Affaires Etrangères, à l’Ecole des Eaux et Forêts, à l’Ecole d’Agronomie, à la Faculté des Sciences de Rabat et aux Centres Culturels Français de Marrakech, Fès, Meknes et de Casablanca

  • Autres fonctions

    1971 : Président-Fondateur de l’Institut Européen d’Ecologie

    1971 – 1983 : Maire Adjoint de Metz

    • Président d’Honneur de la Société Française d’Ethnopharmacologie à Metz

    • Membre du Conseil Scientifique de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse

    • Président de la Fédération Européenne de Recherche sur l’Education et l’Ecologie de la Personne et ses Applications Sociales (FEREEPAS)

    • Secrétaire de l’Association CRIIGEN – Co-fondateur en 1999
    (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique)

    • Ambassadeur Européen de l’Environnement de l’Union Européenne

  • Distinctions

    • Chevalier et Officier dans l’Ordre des Palmes Académiques

    • Chevalier et Officier dans l’Ordre National du Mérite

    • Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur (avril 1995)

    • Officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur (octobre 2005)

  • Prix

    Lors de ses études à la Faculté de Pharmacie de Nancy : trois prix en Micrographie, Toxicologie, Pharmacologie, une mention en Chimie biologique

    Prix du Concours Général de fin de 4ème année – Université de Nancy

    1958 : Prix de l’Académie Stanislas de Nancy

    1960 : Prix de Thèse pour la Ville de Nancy

    1960 : Prix de l’Académie Nationale de Metz

    1977 : Grand prix des lectrices du magazine Elle pour « L’Homme Re-naturé »

    6 mai 1982 : Prix Nicolas Missarel de l’Académie Française pour « La médecine par les plantes »

    26 avril 1984 : Prix Antoine Girard de l’Académie Française pour « Drogues et plantes magiques »

    1er février 1986 : Prix Jean Perrin de popularisation de la science – Société Française de Physique

    9 octobre 1987 : 7 d’Or du meilleur Film documentaire pour « L’Aventure des Plantes »

    10 mars 1989 : Prix Vida-Sana récompensant l’oeuvre globale effectuée (Barcelone)

    05 novembre 1991 : Prix Nature Pierre Delbes du Sénat pour « Le tour du monde d’un écologiste »

    7 novembre 1992 : Prix du Cercle Culturel et Scientifique (CIRCES) pour l’ensemble de son oeuvre

    4 décembre 2006 : Prix Edouard Bonnefous de l’Académie des Sciences Morales et Politiques
    Institut de France – pour l’ensemble de son oeuvre

    12 septembre 2014 : Prix Livre et Droits de l’Homme de la Ville de Nancy
    pour « Le monde a-t-il un sens ? » – Jean-Marie Pelt et Pierre Rabhi ont été conjointement lauréats

Awesome Image
Awesome Image

<div align= »justify »>

<br>Jean-Marie Pelt, au-delà de ses fonctions universitaires, de ses compétences scientifiques que sont la botanique et la pharmacologie, au-delà de la promotion du développement durable, de l’écocitoyenneté et de la protection de l’environnement, a su tout au long de sa carrière travailler en transdisciplinarité ouvrant ainsi son œuvre à des courants divers mais concomitants. Il en est sorti alors des disciplines nouvelles comme l’écotoxicologie (étude des pollutions multiples et leurs effets sur l’homme et l’environnement), l’ethnopharmacologie (science des rapports entre les plantes médicinales et les cultures non occidentales) et l’écologie urbaine.</br>

</br>

<br>Très tôt dans ses études de pharmacie, il fut saisi par la pertinence du concept d’évolution. La botanique, la chimie, la biologie, puis plus tard la philosophie, l’histoire des religions, l’astronomie sa passion, lui permirent de progresser tout au long de sa vie dans sa réflexion pour arriver à la <em>civilisation de l’amour</em>. Pour la première fois de sa vie l’homme détient les moyens de se détruire et l’échéance est à portée de vue tant est rapide le rythme à la marche du monde imposé par la modernité. Le changement perpétuel, imposé par la croissance économique, nous impose à aller toujours plus vite, toujours plus loin. Mais à quel prix ? La nature ne suit plus, ses richesses sont pillées, ses réserves épuisées, le climat est bouleversé ainsi que les grands équilibres.</br>

</br>

<br>Nous sommes donc, nous humains, devant le grand choix : ou l’on continue et c’est la catastrophe ; ou l’on invente une nouvelle civilisation laissant entendre une révolution culturelle majeure. Et seule l’écologie est susceptible aujourd’hui de produire face aux menaces annoncées, une véritable « insurrection des consciences » si chère à Pierre Rabhi. La sobriété est mise en avant et « le bonheur est dans le peu » clame Yves Paccalet. Cette invitation à la modération impose une exigence de justice et de partage face aux inégalités sociales, à la pauvreté, au dérèglement climatique et à la dégradation de l’environnement. Nous avons non seulement des droits mais surtout des devoirs.

Avons-nous le droit de laisser une terre complètement ravagée à nos enfants ?

Avons-nous le droit de laisser disparaître des espèces animales et végétales ?

Avons-nous le droit de polluer l’air, les océans, la terre, de bétonner les terres arables, de raser les forêts ?

La mouvance écologique fermente partout dans le monde et génère une éthique et des comportements nouveaux. Notre jeunesse est concernée au premier chef. Elle s’interroge sur son avenir et se fait entendre partout dans le monde réclamant des actes concrets de la part des politiques. </br>

</br>

<br>Le sort de l’homme et celui de la nature sont étroitement liés. Nous devons faire appel à notre bon sens et viser l’équilibre et l’harmonie et non l’exploitation sauvage et sans limite. L’écologie appelle au renforcement de la communauté internationale car les problèmes majeurs doivent être traités globalement à ce niveau et bien au-delà des intérêts nationaux.</br>

</br>

<br>La spécificité de la pensée de Jean-Marie Pelt est la promulgation d’une nouvelle écologie, la « méta-écologie », qui intégrerait la puissance spirituelle de l’homme à l’écologie. Il en appelle à l’imagination et à la créativité pour inventer de nouveaux possibles. Ces solutions supposent que l’homme passe à la dimension oubliée : la sagesse qui seule peut conjurer les excès. Jean-Marie Pelt parle à la fin de sa vie de <em>civilisation de l’amour</em>. C’est le terme qu’il a employé pour définir l’avenir de l’homme et de la terre, dans l’unité du vivant, en inventant ses propres règles de coopération et d’harmonie afin d’assurer équilibre et unité, dans des rapports non plus de force mais de coopération et de solidarité.</br>

</br>

<br>Tels sont les thèmes, divers et multiples, développés et défendus par Jean-Marie Pelt tout au long de sa carrière, que le Centre Jean-Marie Pelt de Rodemack se doit de promouvoir et de développer, allant de l’Homme Re-naturé écrit en 1977, au lendemain du Club de Rome, dans lequel il pose les fondements de la pensée écologique, jusqu’à la <em>civilisation de l’amour</em>.</br>

</br>

</div>